Mercy
Madame Monsieur

Et là devant nos yeux y’avait l’ennemi 
Une immensité bleue peut-être infinie 
Mais oui, on en connaissait le prix 
 
Surgissant d’une vague, un navire ami 
A redonné sa chance à notre survie 
C’est là que j’ai poussé mon premier cri

Je suis née ce matin 
Je m’appelle Mercy 
On m’a tendu la main 
Et je suis en vie 
Je suis tous ces enfants 
Que la mer a pris 
Je vivrai cent mille ans 
Je m’appelle Mercy 
 
Derrière les sémaphores 
Serait-ce le bon port ? 
Que sera demain ? 
Face à face ou main dans la main 
Que sera demain ? 
 
Je suis née ce matin 
Je m’appelle Mercy 
 
Mercy Mercy 
Mercy Mercy 
Mercy Mercy 
Je vais bien, Mercy  
Mercy Mercy 
Mercy Mercy 
Mercy Mercy, 
Je vais bien, Mercy 
Mercy Mercy 
Mercy Mercy 
Mercy Mercy 
Je vais bien, Mercy 
Mercy Mercy 
Mercy Mercy 
Mercy Mercy 
Je vais bien, Mercy
Je suis née ce matin 
Je m’appelle Mercy 
Au milieu de la mer 
Entre deux pays, Mercy 
 
C’était un long chemin et Maman l’a pris 
Elle m’avait dans la peau, huit mois et demi 
Oh oui, huit mois et demi 
On a quitté la maison, c’était la guerre 
Sûr qu’elle avait raison, y’avait rien à perdre 
Oh non, excepté la vie 
 
Je suis née ce matin 
Je m’appelle Mercy 
On m’a tendu la main 
Et je suis en vie 
Je suis tous ces enfants 
Que la mer a pris 
Je vivrai cent mille ans 
Je m’appelle Mercy 
 
Si il est urgent de naître, 
Comprenez aussi 
Qu'il est urgent de renaître, 
Quand tout est détruit 
Mercy